Accueil      Gatine       Mazières      Parthenay      Secondigny 
 
Accueil/Les Dossiers/ARCHIVES
Pélerinages diocésains 19/08/2009 - Lu 1218 fois
Egypte-Jordanie-Jérusalem/Rome/Lourdes/Mt St Michel/Terre Sainte/ Rocamadour/Sur les pas de St Paul / Mexique


 

 

C. Tournade
Responsable du Service des Pèlerinages
POITIERS
Tél. 05.49.60.63.08
Courriel :
pelerinages@diocese-poitiers.fr


 

 

 

 

Partir en pèlerinage…

 

« Notre cœur n’était-il pas tout brûlant
 tandis qu’il nous parlait en chemin… »

 

- Qu’est-ce qu’un pèlerinage ?

     Le pèlerinage rappelle le caractère itinérant de la vie chrétienne. C’est tout d’abord un déplacement dans l’espace qui symbolise un déplacement intérieur. Il nous fait expérimenter le soutien fraternel dans la quête de Dieu et la prière sous toutes ses formes.

 

- Une mise en marche vers…

     Cette démarche rend visible un aspect fondamental de notre condition chrétienne  qui est d’être en marche vers la Jérusalem Céleste et le Royaume qui déjà est au-dedans de nous (Lc1, 21). Vivre grâce à la route, un déplacement intérieur afin de mettre ses pas dans ceux du Christ.
Partir, quitter son entourage, sortir du cercle de ce qui est familier, c’est « mourir » à ses habitudes, abandonner sa manière d’être au quotidien, de voir ses proches et soi-même, c’est répondre au désir du nouveau, de l’autre, s’ouvrir à l’inconnu et devenir autre …
Les psaumes des « montées » 121 à 135 témoignent de cette pratique

 

- Une expérience pour trouver la paix intérieure.

    « J’ai entendu à Paray :  «  Donne-moi ton cœur et laisse-toi aimer. » « Je rentre le cœur pacifié et plein d’amour. »
 «  Quand je suis angoissée, je ne suis pas bien. Avec Marie et les saints que nous avons rencontrés, j’oublie tout, je suis pacifiée ; c’est mieux que les médicaments…
    Nous nous sommes retrouvés hier soir trois pèlerins dans l’église comme les trois disciples d’Emmaüs  à chanter, cela m’a fait chaud au cœur ! »
    Au départ, le psaume 121 nous dit ce choix de nous arracher à la « dispersion » pour trouver la paix intérieure.  Au terme du voyage (Ps135), c’est là que nous nous retrouverons nous-même et ferons l’expérience du Dieu Vivant. Le temps d’un pèlerinage est rythmé de paroles et de silence.

 

- La mise en œuvre d’un désir de rencontre et de renouvellement personnel.

    « Ensemble nous sommes en communion, cela nous incite à réfléchir, à se retrouver… »
« J’ai beaucoup découvert, appris, mais maintenant, j’ai besoin d’intérioriser tout cela »
« Le pèlerinage diocésain à Lourdes d’août 2006 a été pour moi un moment de ressourcement, de paix et de grâces reçues. Je suis très contente de l’ambiance. J’étais allé à Lourdes mais pas en pèlerinage. Je suis très contente de l’ambiance.»

 

Pourquoi partir en pèlerinage ?

 

En marche à la suite d’Abraham, Moïse, Elie, Jésus et les autres…

    Nous sommes des voyageurs sur la terre. Regardons comment les élus de Dieu ont marché : Abraham, le Père des croyants, en quête d’une terre. Moïse entraîne le peuple à faire le passage de la Mer Rouge. Elie prie pendant 40 jours et 40 nuits. Dieu appelle encore aujourd’hui vers la Terre Promise.
    Le Maître lui-même ouvre le chemin, toujours en route, Il va au désert, se fait marcheur sur le chemin d’Emmaüs… Ensuite ses apôtres marchent jusqu’à Rome : Pierre et Paul  parcourent des milliers de kilomètres.
     Héritier d’une telle histoire, le chrétien ne peut pas rester sédentaire, il doit continuer à rechercher une patrie. Le pèlerinage est un acte de foi. Le pèlerin a soif de Dieu, d’un ailleurs mystérieux, à la fois au-dedans et au dehors.
 « Les organisateurs de pèlerinage ne sont pas des marchands de soupe, ce sont des moteurs. Ils sont  le courant qui porte le sillon qui a été tracé » Mrg Dufour Evêque de Limoges 

 

Et au XXIème siècle ? Le sens que nous souhaitons donner aux pèlerinages diocésains

     C'est une démarche de prière et de conversion,  personnelle et collective 
« Je peux intituler ce pèlerinage : de nos ténèbres à la lumière ! Apprendre à se détacher… »
« J’ai découvert ce que j’ai à faire dans le sens de la prière, pour me laisser aller vers Dieu. »
Au cœur de la Pastorale, le pèlerinage est un formidable levier pour mettre en route et c’est un moyen moderne pour répandre la nouvelle évangélisation, le lieu d’une forte expérience  spirituelle que nous faisons dans la foi chrétienne.

 

. Un pèlerinage est une prière. La prière du pèlerin est d’abord celle de la louange. La beauté qu’il voit le met en présence du créateur, elle est source de sa prière.
· Un pèlerinage décrasse, nettoie, dépollue, purifie

 

· Un pèlerinage évangélise. Il s’adresse aux chrétiens engagés, mais aussi, et de plus en plus, à des personnes en recherche, prêtes à « pèleriner ».
«  Le groupe était très sympa, j’y ai découvert des personnes très différentes ; c’est l’occasion de s’ouvrir à d’autres. Je n’ai pas l’habitude des pèlerinages, je suis venue pour accompagner quelqu’un, mais je suis très contente de ces six jours passés ensemble. J’ai découvert le message de Bernadette « Je ne suis pas chargée de vous faire croire, je suis chargée de vous dire. » D’où l’importance du témoignage, là où on vit, même si les autres ne partagent pas les mêmes convictions. »

 

· Un pèlerinage propose des chemins d’initiation afin de mieux connaître la Bible, la prière chrétienne, la liturgie ; mais également d’aider à la conversion.
« J’ai appris à louer, à être en profondeur dans la Trinité, en communion avec les bâtisseurs de cathédrale. »

 

· Un pèlerinage renforce la communauté. C’est un temps de vie fraternelle qui permet la libération de la parole, et éveille à la louange.  Chacun suit son chemin intérieur, mais il se passe toujours quelque chose de fort entre les pèlerins qui cheminent ensemble.

 

. Un pèlerinage est un envoi vers nos communautés, mais aussi dans le monde…
Le pèlerinage n’est pas seulement pour soi, mais bien pour porter ensuite des fruits dans nos groupes, dans nos communautés, dans toutes nos relations de la vie quotidienne ! Il participe au développement de la vie ecclésiale.
 Sainte Bernadette à Nevers était habitée par cette parole qui peut être le viatique du pèlerin à son retour : « N’aie pas peur, traverse, avance au large … »